Renaître dans une autre ville

La planète bleue

L’image est peut-être un peu forte mais notre nouvelle installation à Vaulx en Velin donne un air de « renaissance » à notre existence.

Curieusement, les collines, le calme, l’air presque pur ne me font pour l’instant pas défaut. La ville recèle des charmes et une quiétude bien éloignés des clichés habituels, stigmatisant une population entière alors que la réalité étonnerait, voir décevrait plus d’un raciste ou xénophobe.

Certes la population Vaudaise est très cosmopolite, apportant leurs façon de vivre, leurs langages, leurs habitudes de consommation ce qui rend les quartiers chatoyants de couleurs, rependant par endroits des arômes et des sons exotiques qui en définitive sont l’âme de cette ville. L’âme est ce qui caractérise le vivant, et vivante la citée l’est !

Ces gens dont ma famille et moi faisons désormais parti, sont comme les autres. Des familles, parfois nombreuses, avec des mères, des pères et des enfants, toutes occupées aux mêmes besognes quotidiennes: travailler, conduire les enfants à l’école, préparer à manger, ….. Les rues sont animées par ce va et viens permanent lié à la densité de population, sans commune mesure avec Valsonne. et cela jusque tard le soir, avec à peine plus de bruit qu’en vos vertes collines. La délinquance, que je n’ai encore pas vu de mes yeux dans mon quartier, n’envahi pas la vie des gens qui vivent ici et ne touche en réalité que quelques groupes d’immeubles. Il est très intéressant de bavarder avec les gens du quartier, car beaucoup habitent leurs logements depuis longtemps et aiment sincèrement leur ville dont ils estiment qu’elle est injustement décriée. Black, Blanc, Beure, se slogan de l’équipe de France victorieuse en 1998, reflète exactement la physionomie de Vaulx en Velin, enrichissant la commune de leurs cultures et associations, donnant une touche tropicale aux marchés dont la diversité des produits que l’on peut y trouver laisse perplexe et à des prix très bas.

Ma quête de connaissances, de rencontres et de découvertes trouve ici une source abondante de vérités. Car loin des métropoles, on ne peut se rendre compte de ce qu’est la société d’aujourd’hui. La vie, la vraie n’est pas un long fleuve tranquille ou chacun, dans son coin, savoure son petit bonheur, sa petite tranquillité. La terre toute entière connait des bouleversements, les plus pauvres, de toutes provenances, se rapprochent des sources de richesse répétant ainsi la perpétuelle mouvance des Êtres-humains depuis son origine. La richesse est un bien collectif et nos concepts économiques modernes ont capturé celles-ci au mépris du bien fondé, sans pouvoir s’y opposer. Le résultat est celui-ci auquel nous assistons depuis 20 ou 30 ans, un fort flux migratoire de populations quittant les pays dont les richesse naturelles sont exploitées par les pays riches et dont les dirigeant ont un curieux sens du partage et de la redistribution. Palais somptueux contre bidonvilles insalubres, opulence manifeste contre misère criante, écoles privées contre analphabétisme, le contraste de beaucoup de pays pauvres est la conséquence de notre aveuglement à nier l’évidence.

Que ferions-nous à leur place ?

Bien à vous.

Christian

PS: ci-dessous un lien vers un blog que j’anime à Vaulx en Velin

https://vaulxexpressions.wordpress.com/

Advertisements
Cet article, publié dans économie, bonjour, les maux du monde, politique, solidarités, Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s